28 Fév 2021

Création de SABLE
Une semaine de recherche sur le plateau de la Maison du Théâtre à Brest.
Mesurer la taille du Monde

Betty Brat d’un côté, François et Laurent, de l’autre. Leur lieu de vie porte le même nom et la même adresse : maison aux quatre vents / Walden Robinson, à gauche après la catastrophe, tout droit dans le mur et le bonheur quand même. Pour François et Laurent, cette maison est une cabane, ancienne vigie de secourisme en mer au bord d’une plage qui s’est déplacée à plusieurs centaines de mètres ; pour Betty, un immeuble HLM délabré.
À travers deux récits et deux réalités singulières, SABLE met en dialogue plusieurs situations de dissensus politiques et tente de rétablir une solidarité entre des enjeux trop souvent séparés : sociaux et environnementaux. La formule « fin du monde, fin du mois, même combat », reprise par des manifestants du mouvement des gilets jaunes, embrasse un archipel de conflictualités politiques dont l’objet est de défendre, ici une rivière et sa biodiversité, là une usine et ses ouvriers et là encore un quartier et sa vie collective. Dans chacune de ces histoires de résistance, des individus ou collectifs s’opposent aux mêmes logiques d’exploitation et se présentent comme défenseurs du vivant ; humain ou non humain.

Ici, le sable est un marqueur à la symbolique multiple ;
mémoire de quelque chose, un fragment de l’histoire du vivant, une ancienne montagne ;
protecteur des biodiversités face à l’érosion et aux intempéries ;
granulats, « ressources naturelles » à exploiter pour la fabrication de nos villes bétonnées ;
Betty, François et Laurent, chacun.e à leur manière, refusent leurs états d’exploiteurs ou d’exploités face à un système économique dominant au sein duquel les lois de la rentabilité, de la compétition et de la croissance économique semblent indépassables : pour survivre, il faut s’enrichir, produire sans cesse et, cela, jusqu’à l’épuisement. Épuisement des travailleurs et épuisement des ressources environnementales, même combat.

Betty Brat a conscience qu’il est plus difficile de faire démocratie que de consentir à un ordre établi consistant à la performance et à la production de richesses, modernité illusoire. Mais elle décide de faire face aux « vautours » coûte que coûte, ici des promoteurs immobiliers. De leur côté, François et Laurent, face à leur propre tentation de renoncer à l’ambition de changer l’état du Monde, décident de se lancer dans un programme d’entraînement contre le « Yfaubien » et le « Yapa d’alternative ». Ils entreprennent une série d’exercices d’auto-défense et de lancers de poèmes, slogans, bouteilles à la mer.

ÉQUIPE ARTISTIQUE

Texte de Eva Bondon, Alexis Fichet et Odile Vansteenwinckel
Mise en scène de Lionel Jaffrès
Dramaturgie de Isabelle Hazaël
Regards scientifiques de Juan Baztan (Marine Sciences For Society), Jean-Paul Vanderlinden (CEARC-UVSQ), Mary Elliot (LPG Nantes)
Avec Romain Brosseau, Arnold Mensah et Louise Morin
Regards artistiques de Nicolas Filloque, Ida Hertu, Ingrid Petitgrew, Antonin Lebrun et Hélène Barreau
Construction : Charles Roussel
Création vidéo de Xavier Guillaumin et Loïc Le Cadre
Création lumière de Stéphane Leucart
Création musicale de Csaba Palotaï (à confirmer)
Création sonore de Guillaume Tahon

Partenaires et soutiens : Programme Mesurer la taille du Monde (CEARC-UVSQ, Marine Sciences For Society, Le Grain), la Maison du Théâtre, la ville de Brest, Itinéraire d’artiste(s) (Au bout du plongeoir à Rennes, Chapelle Dérézo à Brest, Fabriques à Nantes), Fondation Daniel & Nina Carrasso

https://www.theatredugrain.com/SABLE-SPECTACLE-EN-CREATION.…

17 Fév 2021

Nouvelle semaine de création d’un concert/conférence à l’Armorica à Plouguerneau. Récit d’une campagne paléoclimatologique à bord du Marion Dufresne, navire de recherche scientifique et de ravitaillement des Terres australes et antarctiques françaises. Avec Lionel Jaffrès, Xavier Guillaumin, Dorian Taburet, Laurent Le Nevez.

19 Nov 2020

I KNOW c’est, 

Au commencement, 

Un instant T, où je reprends mon souffle après un long combat, un cauchemar, un choc, une épreuve. Une palpitation cardiaque qui augmente, une sensation de panique, un souffle court, une urgence de  vivre, de reprendre son souffle. 

C’est une perte de repères, un retour brutal à la réalité, cet instant précis de prise de conscience sur ce qui vient d’être traversé… 

Ce sas émotionnel se situant entre deux mondes intérieurs, comme si les mémoires douloureuses de mon  passé, impactées sur un présent déraciné, bancale, fragile, où mes peurs gagnent du terrain. 

I KNOW 

C’est mettre en élan un cri intérieur, imperceptible. 

C’est une urgence de danser, de vibrer, de se mouvoir, de traverser l’espace, le temps. C’est une expression de soi dans toute son entièreté, 

C’est partir de ce que je suis aujourd’hui, de ce que je sais et ne sais pas, 

C’est tenter vers l’inconnu, 

C’est une expérimentation sauvage, sensible, brutale, infime, animale, vitale de ce qui me traverse, de ce qui me compose, m’anime, me fonde. 

I KNOW 

C’est un retour aux racines de mon passé, pour une possible ouverture vers demain. C’est un plongeon dans mon histoire de vie, c’est aussi regarder en face mes doutes, jugements et peurs et tenter de les combattre. 

C’est une explosion en surface de ce qui était silencieusement enfoui en moi, et qui se doit sans plus attendre d’être exprimé, entendu, accepté, puis transformé. 

C’est un passage de ce que je sais à ce que je (res)sens. 

C’est écouter mes pensées les plus profondes et les laisser surgir. 

C’est une danse de l’existence, libre, viscérale, vraie et singulière. 

Enfin, 

I KNOW, c’est un hommage à mon père qui a fait partie intégrante de ce que je suis aujourd’hui.

19 Nov 2020

réalisations de diverses captations pour :

Guiomar Campos

Contre-Temps, première édition – Les Corps et les Choses

Les Corps et les Choses

Cette pièce présente la construction collective comme un processus éternel.

Les trois artistes cherchent à inventer les principes de fonctionnement d’une communauté utopique, qui invente ses logiques et ses propres règles de jeu en constituant un organisme malléable. Le groupe expérimente, teste, construit et déconstruit des structures, contextes, paysages et environnements éphémères.

Cette négociation révèle une forme qui est en perpétuel changement et qui laisse apparaître des images et analogies imprévisibles.

Initiative : Guiomar Campos
Conception, création et interprétation : Matthieu Blond, Laura Ramirez et Guiomar Campos.
Son : Pablo Duggan
Lumières : Bénédicte Michaud 

https://auboutduplongeoir.fr/agenda/ouverture-publique-guiomar-campos/


Anaïs Cloarec et Lola Le Berre : https://www.extraordinaires-banalites.com/

Lola Le Berre et Anaïs Cloarec, prennent la température d’une époque et d’une société par un échantillon subjectif de rencontres.
Ensemble, elles mettent en place des dispositifs pour ouvrir la parole et dresser des portraits individuels et collectifs. Elles agissent dans des lieux publics qui appartiennent à tous ou à personne et où à priori il y a tout le monde.
Les gens qu’elles rencontrent leur livrent des écrits, des paroles, des photographies, des gestes et elles choisissent que ces productions ont leur place dans leur musée. Ces oeuvres parlent d’eux, d’une complexité éloignée des stéréotypes.
Elles laissent apparaître les extraordinaires banalités de nos vies.


Lydie Le doeuff, compagnie « Alors, c’est quoi ? » https://alorscestquoi.com/

ANTICYCLONE, Auto-f(r)iction familiale autour de la guerre d’Algérie.

C’est une histoire de non-transmission. Une histoire de silence. C’est une histoire de famille avec, comme toile de fond, une guerre qui cache son nom : les « évènements d’Algérie ». La scène peu à peu se transforme en un grand terrain de recherches, apparaissent les fantasmes et les mythes sous couvert de vérité. Partir de l’intime et le rendre public pour questionner la mémoire collective du passé colonial de la France, le pays, mais aussi la grand-mère prénommée France.

Réalisation d’une captation et d’un teaser.

19 Nov 2020
19 Nov 2020
28 Nov 2019

Conférence climatique et musicale, avec Lionel Jaffrès et Xavier Guillaumin.

photos : Antoine Cottais
28 Nov 2019

Compagnie Le Grain, octobre/novembre 2019

28 Nov 2019

Création en 12h chrono de « La Becquée by friends », au Mac Orlan avec: Guiomar Campos, Marie-Laure Caradec, Suzy Babin, Jody Étienne, Nicolas Mayet, Joachim Maudet et le musicien Xavier Guillaumin.

crédit photo Alain Monot
crédit photo Alain Monot
crédit photo Alain Monot
crédit photo Alain Monot

31 Oct 2019
Spectacle F(H)OMMES 2019 (photo Alain Treussier)
répétition Spectacle F(H)OMMES 2019
Répétition et tournée MNEMOTECHNIC 09/10-2019
Enregistrement de « Dernier cri » 07/09/10-2019
Mein Sohn William 09/2019